Alex Denes, le sultan bodybuildé du Moulin Rouge

Danseur roumain du Moulin Rouge

Alex Denes dans les loges du Moulin Rouge dix minutes avant de monter sur scène.

Le Moulin Rouge est un repère à touristes. La preuve : une amie Danoise a été envoyée là-bas par un magazine (Danois) pour faire un papier (touristique) sur l’institution. Lorsqu’elle m’a proposée d’être la +1 de son carton d’invitation, j’ai sauté sur l’occasion. Après tout, j’adore le tourisme. Surtout lorsque le champagne est à volonté. Encore plus, lorsque le chef de danse est Roumain.

Un GI’s débarqué à Paris à la fin de la seconde guerre mondiale, un pirate amouraché d’une prisonnière, ou un sultan qui virevolte au-dessus des têtes du public. En deux heures, Alex Denes est capable d’endosser beaucoup de rôles. Il a la carrure de l’emploi. Un mètre 86 de muscles. On dirait la version roumaine du prof de gym du sitcom «Les filles d’à côté»*. La formation de danse classique en plus.

«J’ai été formé à l’école de danse classique de Bucarest. Au moment de la transition, j’étais danseur dans la ligne du ballet de l’Opéra. Je gagnais une misère. Quelque chose comme 80 dollars par mois. Je travaillais toute la journée dans une salle à 10 degrés», se rappelle Alex. Comment cet artiste de 35 ans est-il passé de l’univers de la danse classique sous Ceaușescu, à la scène du cabaret le plus populaire de France ?

«Un jour, j’ai eu envie de mieux gagner ma vie. J’en avais marre d’habiter chez mes parents parce que je ne pouvais pas me payer moi-même un loyer. Un ami travaillait au casino Victoria de Bucarest pour une compagnie de cabaret. Il ne jouait que deux heures le soir et réussissait à gagner 250 dollars tous les mois», poursuit le danseur. La décision est vite prise. Alex s’intègre dans les rangs des danseurs du cabaret. Il s’envole ensuite pour une tournée en Allemagne. Là-bas, il se fait recruter par une autre troupe. Il est envoyé en Corée-du-Sud pendant une année. À son retour, la magie du réseau continue de fonctionner. On le prévient que le Moulin Rouge recrute. Il débarque donc à Paris pour passer son audition. Son entrechat, ses muscles et sa gentillesse plaisent. Il est engagé. «Dans le milieu du cabaret, c’est un endroit où tu n’imagines pas rentrer, même en rêve, confie le chef de danse. J’ai eu de la chance.» Surtout que cette fois-ci, Alex touche le gros lot : la fiche de paie d’un danseur du Moulin Rouge débute à 2500 euros. 

alex denes danseur roumain moulin rouge

Alex se repoudre devant des photos souvenirs où il pose en compagnie de ses collègues du Moulin Rouge

Depuis dix ans, Alex danse deux fois par soir, six jours sur sept. L’enchaînement entre les costumes  de militaires et les acrobaties aériennes est sans fin. Tant mieux, Alex ne se sent pas épuisé. «Je veux finir ma carrière ici.» Au Moulin Rouge, il semble avoir trouvé une nouvelle fratrie : ses 80 collègues. Une femme aussi. «Il y a trois danseuses principales. Une blonde, une brune et une rousse. Ma femme est la brune.» Les amoureux habitent ensemble près de la Butte Montmartre. Le peu de temps libre dont ils disposent, ils le passent à arpenter les rues de la capitale en Vespa. Une vie de carte postale.

*La comparaison se limite bien évidemment à l’aspect physique.

Ce contenu a été publié dans Star System, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Alex Denes, le sultan bodybuildé du Moulin Rouge

  1. Chloé dit :

    Bravo Laurène, chouette et belle rencontre, continue à nous faire découvrir tous les Roumains de la capitale, ton blog est super car ils viennent tous d’horizons tellement différents (et aussi parce que tu progresses de jour en jour…!)

  2. Chloé dit :

    Oops j’avais bien vu qu’ils ne sont pas tous Roumains bien sûr… Je voulais dire originaires des Balkans :)

  3. Laurène Daycard dit :

    Merci Chloé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>