24h avec : Max le cochon et ses invités

Written by on 13 novembre 2011 in Non classé, Porc - traits - No comments

Un vrai travail : dresseuse de cochon

Une journée suffit pour voir que Maximilian rend Sarah folle. Il renâcle à la tâche, tape du pied et lui mange les carotte sur le dos. Cet artiste de cirque qui comprend trois langues ne se laissera pas embrocher si facilement. Pourtant ce n’est pas faute d’essayer.

Affiche des apéro-cirque organisés par l'académie Fratellini.

Sarah Schwarz a rencontré Max sur Ebay, en Allemagne. Elle-même allemande, elle lui a plu. Et depuis septembre 2010, elle le dresse à devenir cuisinier. Max est un mini-pig, une espèce de cochon nain, très proche de l’homme. Sa petite taille et ses oreilles courtes qui lui dégagent les yeux le rendent plus facile à dresser.  Et impropre à la consommation. Cinq minutes passées en la compagnie de Max suffit à faire disparaître toute pensée charcutière.

« Depuis que je lui ai appris à ouvrir les portes, il le fait sans arrêt ! » Les placards de la belle roulotte en bois de Sarah Schwarz claquent sans cesse. Max, groin en avant, a bien appris son numéro. Il passe son temps à répéter, même dans cette maison roulante qu’il partage avec Sarah et son compagnon. Turbulent et pataud, il inspecte les recoins, fouille sans aucune gêne les sacoches posées à terre par les imprudents. Max est toujours à la recherche d’un petit quelque chose à grignoter, même du bout de la truffe. Mais ce matin, il prendra son petit-déjeuner après la répétition. Dans la grande halle de l’Académie Fratellini, trône une belle cuisine en bois couverte de fromage, de pommes et de noisettes. Et ce décor ne fait qu’attiser son appétit.

Sarah dresse Max depuis près d’un an, sans fouet ni violence. Les poches pleines de carottes, elle use de sa complicité avec l’animal qui le lui rend bien. Il rapporte les rouleaux à pâtisserie, pirouette le groin au vent et fait tourner sa maîtresse en bourrique. Max est malin et il apprend vite. « Dans le dressage, on dit que les chiens vous regardent de bas en haut parce qu’ils sont soumis, les chats de bas en haut parce qu’ils sont hautains, et les cochons, eux, vous regardent droit dans les yeux, d’égal à égal ». Un état d’esprit qui convient bien à la personnalité rieuse et énergique de Sarah Schwarz.

Max et Sarah Schwarz.

Max est un cochon polyglotte. Sarah lui parle dans les trois langues universelles du dressage. Tous les ordres secs sont en Allemand, langue que les dresseurs du monde entier utilisent pour les éléphants et les fauves. Mais c’est au son de « Give me five ! » que Max donne la patte. L’Anglais est plutôt réservé aux chiens, mais il marche très bien sur les cochons. Le Français, langue du dressage équestre, complète la palette des références linguistiques de Max. Dès 2006 Sarah Schwarz s’est plongée dans le dressage équestre avec Yasmine Smart, grande dresseuse anglaise, puis avec Valérie Fratellini. Mais ses amitiés avec des dresseurs du monde entier lui ont donné d’autres envies animales.

Les après-midi de Max ressemblent souvent à des bains de foule. Il sort orné d’une laisse et d’une aura étonnante. « Madame madame ! c’est un cochon ? » Les enfants à vélo glapissent et font des yeux ronds. Ils grouillent autour de lui, sans le perturber outre mesure. Les adultes ouvrent la bouche en un O d’étonnement majuscule. « Souvent les gens veulent le caresser, faire des photos. J’ai parfois l’impression d’être avec une star ! ». Et Max n’a pas l’air surpris qu’on s’intéresse tant à lui. Le groin relevé, il guette une carotte, une noisette. Si elle ne vient pas il continue de grogner et de fureter le long des trottoirs.

Sarah et Maximilian se sont donné en spectacle aux Apéros Cirque de l’Académie Fratellini jusqu’au mois d’octobre 2011. Ces spectacles gratuits sont très fréquentées par les familles du quartier. Et la présentation du numéro alors en chantier a remporté un franc succès. « Les enfants étaient hystériques. Ils adorent Max. Même les parents s’amusent de voir un cochon en piste. » « Maximilian et ses invités » est actuellement programmé au Grand cirque de Noël de Bouglione les mercredi, samedi et dimanche à partir du 19 novembre 2011. Le chapiteau de Boulogne-Billancourt fait de lard, du vrai.

Leave a Comment